•  

     

    La sirène et l'Ange.

    Pris sur Internet.

     

    La sirène et l'Ange.

     

    "Tu sais à chaque fois que quelqu'un sort un truc vraiment drôle,

    un truc qui me fait rire, je me retourne pour voir si ça te fait rire aussi

    même quand t'es pas là, à chaque fois."

    Greys' Anatomy

     

    La sirène et l'Ange.

     

    Vous La découvrirez, les nuits de pleine lune, boule d'argent qui  éclaire

    le firmament. Telle vénus, l'apparition jaillira d'un fantastique ressac mousseux.

     

    Et Lui, vous le verrez alors, surgissant de la dune. Simple dans sa nudité.

    Effleurant à peine le désert silencieux, il rejoindra la silhouette gracile,

    le regard embué de désir.

     

    Les élèments, accord parfait prendront la forme de l'Eden ! Le sable doux aux

    corps sera plus doux encore et la vague mourante viendra les recouvrir de son linge de soie.

     

    L'astre de la nuit, complice des amants, se voilera la face d'une parure opaque.

    La brise, mêlée au bercement de l'obscur océan, exhaleront leur mélodie aux accents sibylins.

     

    Mais le matin venu, lorsque l'aube nimbée de rosée, déchirera le masque de mon imginaire.

    Vous ne retrouverez sur la plage déserte, nulle trace de ces étranges êtres...

     

    Rien que queques grains de sables mouillés de leurs larmes, d'être ainsi séparés.

     

    La sirène et l'Ange.

     

    La sirène et l'Ange.

     Julia Alekseeva

     

     



    Partager via GmailGoogle Bookmarks Pin It

    16 commentaires
  • Myspace Falling Objects


    Lady Bug Note Generators



     

    Si vous avez envie de vous amuser , que vous êtes comme moi pas très doués

    pour les créations,(sourire) j'ai trouvé un site que je souhaite partager avec Vous!

     Encore bon week-End mes ami(e)s

     Eymeraude.

    http://www.pageplugins.com/generators/ladybug_note/


    Myspace Photo Cube

     

    Le partage des mots!

     

     

    Le partage des mots!

    Le partage des mots!

    LA MONTAGNE SAINTE VICTOIRE

    Cezanne Paul

    http://fr.muzeo.com/artiste/c%C3%A9zanne-paul?gclid=CL6F1IfM7LkCFUjA3godbwwAOQ

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Pin It

    15 commentaires
  • Songe de Gost.

     

    Songe de Gost.

    "L'absence ni le temps ne sont rien quand on aime"

    Alfred de Musset

    Songe de Gost.

     

    Si demain, ses yeux trop fatigués se ferment doucement au rythme lent vers le dernier battement

    d'un coeur. Fibre essentielle par laquelle  coule bien plus que la sève d'une Vie!

     

    Si, de cette planète, la substance éphémère s'envole libre de toute entrave pour se fondre

    enfin parmi les étoiles d'un firmament infini!

     

    Si l'âme spirituelle s'évapore radieuse afin de rejoindre la planète cerclée d'anneaux, 

    affranchie de ses incertitudes humaines.

     

    Si, persuadée que ce passage terrestre, incarne le lien précieux et obligé pour rejoindre l'Eden...

    Alors pour un instant, pour un instant seulement, Elle reviendrait. Humble flamme lumineuse, respirant  le parfum enivrant des grappes de lilas 

    des débuts de printemps, promesse de renouveau. L'esprit s'étonnerait encore face à tant de beautés, d'une nature authentique, éternelle!

    S'égarant vers ces lieux, aux souvenirs chéris, un instant indécise, l'ombre émue s'inclinerait sur ton front, toi qu'elle a tant aimé.

    Et si tu tressailles sous la caresse légère de la brise, ne t'en étonnes pas.

     

    Ce ne sera que son baiser.

     

     A Mamie.

    Songe de Gost.

     

    Songe de Gost.

     

    Songe de Gost.

     

    Trouvée sur Internet.

     

      

    Montage créé avec bloggif

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Pin It

    21 commentaires
  • Notes automnales

     

    L'Automne est le printemps de l'hiver

    Henri Toulouse-Lautrec

     Notes automnales

    Notes automnales

    Quelques mots échangés

    L’encre sur le papier

    Tisse de toi a moi

    Le lien qui désormais

    Remplacera nos voix

     

     

    L’automne est revenu

    De sa tiare dorée

    Il orne ce vécu

    A peine élaboré

     

    Mon âme se languit

    A l’ombre de sa prose

    La forêt endormie

    A jachère morose

    S’abîme dans sa nuit

     

     

    Au loin fuse le cri

    Prière sans écho

    D’une hyménée transie

    Immuable credo

     

    Mes pas dans le silence

    Epellent ton prénom

    Contretemps d’une danse

    Sensuelle passion

     

    Se nourrir de l’autre

    Jusqu’à la déraison

    En faire son apôtre

    Vorace vocation

     

     

    Puis soudain s’arrêter

    Récupérer sa vie

    Reposer son esprit

    Pour mieux se retrouver

     

    Il en est des saisons

    Comme des sentiments

    Une valse à trois tons

    Rythme le cours du temps

     

     

    Cette arrière-saison

    Prémices De l’hiver

    Assoupie Floraison

    Modèle l’univers

     

    L’encre sur le papier

    Lentement  a pâli

    Mon âme se languit

    De nos mots échangés.

     

    Notes automnales

     

     

     

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Pin It

    23 commentaires
  • Ressenti...

     

    Ressenti...

     

    Au loin, une lumière. Mon esprit vagabonde sur la portée de notes mystérieuses. 

    Je respire  l'air mouillé de la dernière averse. C'est l'automne.

     

    Ne plus penser à rien. c'est ce qu'il me dit de faire et cela me fait sourire. 

    Ne plus penser à rien est déjà penser, et moi je ne sais pas faire, ne plus penser à rien.

     

    Me sentir légère, j'aimerais tant...

    Dégager de mes yeux, le voile de tristesse, une mélancolie qui bouleverse, métamorphose d'une nuit en plein jour. C'est l'automne

     

    J'aperçois dans la rue, le pas de cette fille et ses cheveux qui volent, comme enfle la voile d'un voilier sous le vent.

    J'entends son rire. Elle serre contre elle, le blouson qui sent le cuir que je devine doux au toucher; Elle frissonne, c'est l'automne. 

     

    L'arbre aux branchage difforme, revêt de mordoré ses feuilles. Fragiles, elles s'accrochent, repoussant l'instant où d'un ultime tourbillon,

    elles joncheront le sol.

     

    Les saisons vont et viennent,  je suis toujours là. Ma pensée va vers ceux qui hantent mon espace. Je me souviens de tout et les vénèrent encore.

     

    J' imagine qu'un soir après les jours d'été, auprès d'une fenêtre, ils ont songé aussi au temps qui s'enfuyait.

     

    Le soleil rend heureux, c'est le temps des vacances, puis insensiblement, la clarté se fait plus douce, s'espace afin de laisser place au crépuscule qui imperceptible, assombrit le décor. 

     

    Ne plus penser à rien. C'est peut-être cela... S'endormir, lâcher prise, s'emmitoufler, regarder les saisons, les vivre avec passion. 

    Et que sais-je après tout comment sera demain.

     

    La nuit est descendue, Je quitte l'embrasure au voilage cuivré. Je m'éveille étourdie par le trait de lumière, et me sens apaisée par l'ambiance feutrée

     

    Un soupir... C'est l'automne.

    Ressenti...

     

    Ressenti...

     

    Ressenti...

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Pin It

    33 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires