• ♥ACCUEIL♥

     

    "La Vie est la plus belle des fêtes"

    Julia Child

      

    ♥ACCUEIL♥ 

    Merci à mon amour de fée pour ses créations !.

     

     

    MAITRISE DE L O.R.T.F DEVENUE RADIO-FRANCE

    LES DJINNS  

    Groupe vocal dont j'ai fait parti  1959- 1962

     

    CLIC SUR PHOTO

    ♥ACCUEIL♥

    ♥ACCUEIL♥

    CLIC SUR POCHETTE DE DISQUE

    si Vous désirez écouter "Les Djinns" arrêtez la playist.

    Mon but, retrouver d'anciennes amies de ce groupe, Suzanne, Edith, Evelyne et tant d'autres....

    Mais également partager avec Vous, cette période de vie qui a été la mienne...Et que j'ai vécu avec passion.

     

    ♥ACCUEIL♥

     

    MERCI à YOUTUBE

     grâce à qui j'ai retrouvé deux camarades de ma jeunesse! 

    Nous allons pouvoir nous souvenir ...

    ♥ACCUEIL♥

    ♥ACCUEIL♥

    ♥ACCUEIL♥

     

    HONNI QUI MAL Y PENSE

    Devise de l'Ordre de la Jarretière, le plus important ordre de la chevalerie britannique.

    ♥ACCUEIL♥

      

    ♥ACCUEIL♥

    Merci à Alrene,  amie fidèle qui m'a permise de "copier" cet article.

    j'espère qu'elle reviendra sur son blog!

    http://alrene.eklablog.com

  • Marceline

    Chanson les séparés 

     Marceline DESBORDES- VALMORE pour qui j'ai une profonde

    admiration... Et dont la voix suave et douce de Julien

    Clerc, nous renvoie à la profondeur de cet éternel Amour.

     

     

     Ce qui me ravie est qu'à travers le temps, les mots qui

    disent "Je t'aime " ne s'effacent jamais.

    Marceline DESBORDES-VALMORE   (1786-1859)

     

     

    Marceline DESBORDES-VALMORE   (1786-1859)

     

    Bonsoir mon amour.

    Je sais, je ne t'ai jamais dit, mon amour... Sans doute parce que je n'en avais pas le droit, mais l'écrire  me semblait possible puisque personne ne saurait me le reprocher... A moi .

    Souviens-toi , notre rendez-vous n'était pas celui du hasard, du destin encore moins et pourtant ta bouche a murmuré, que tu devais me rencontrer.

    Ta bouche, tes lèvres, je me sentais en pays de connaissance. Une seule étreinte de ta main emprisonnant doucement la mienne, m'avait ouvert le chemin vers toi. J'avais beau me dire que c'était folie, ton rire éclaboussait ma gêne et me renvoyait à tes bras à ta bouche, à tes lèvres!

    Le silence, loin de ta présence pesait de tout son poids, m'arrachant la promesse de ne plus te revoir... Et me rassérénait. L'âme était plus sereine, la conscience apaisée... Quand de ta voix lointaine, tu me parlais alors je me montrais tranquille, comme l'être indolent qui feint la tolérance jusqu'à l'indifférence... Mais le feu qui mord la chair, qui fait la nuit blanche et ces questions, ces questions sans réponse qui ne cessent de vouloir lever un voile sur le précipice de l'avenir. Brasier qui vous consume!

    Laisser l'Autre respirer à son rythme, peindre un sourire sur son visage...  Se dire que les sentiments n'ont pas d'âge, alors que le reflet de l'autre, vous prouve le contraire. 

    Griffonnage insipide, je sais bien que demain si tu reviens à moi, je me garderai bien d'émettre le moindre son. Je  laisserai tes yeux caresser mon visage tandis que doucement je baiserai tes lèvres.

    A.C.

     

    Inspiré par le poème de Marceline DESBORDES- VALMORE.

     

     

    Marceline DESBORDES-VALMORE   (1786-1859)

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Pin It

    5 commentaires
  •  

    l'ange.

    l'ange.

     

    Le monde s'endort. Le ciel se remplit peu à peu d'étoiles scintillantes.

     

    Je les observe, me perds avec délice en elles, ne parvenant pas à détourner mon regard, des ces elfes de la nuit...

     

    L'ombre enveloppe un fragment de l'univers, l'étreint dans son silence, rédemption sommaire d'une vicissitude ambiante.

     

    Ta respiration, je l'entends, rythme doux dont mon oreille s'éprend jusqu'au coeur. Que tu sois loin ou près de moi, toujours l'amour, la tendresse seront ce lien invisible qui nous mènera l'un vers l'autre.

     

    Si le doute parfois me fait noircir, fébrile, quelques pages, il ne te concerne pas ! Seuls les hommes et leur folie, déclin chronologique annoncé, turbulence inéluctable et cruelle... Que je maudis...Parce qu'ils perturbent l'odyssée de mes jours...

     

    Que ces prosélytes du profit n'anéantissent pas nos rêves et ceux des prochaines générations !

    Que Demain et toujours notre terre bleue vogue à travers cet espace infini ! Telle sera ma prière pour cette nuit.

     

    Et toi mon tendre zéphyr qui sur ma joue dépose une caresse... Protège- nous mon ange.

    A.C.

                            

    l'ange. 

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Pin It

    4 commentaires
  •  

    ...

     

     

     

    "LA LOI SIMONE VEIL "

     
    Devant une assemblée 95 pour cent masculine, MADAME SIMONE VEIL sut convaincre et imposée cette loi qui punissait l'avortement de prison ferme (six mois)... D'autres combats politiques et humains, ne lui firent jamais baisser le ton lorsqu'il le fallait sans jamais céder à la bienséance. Elle a toujours en priorité défendu LE DROIT A LA PERSONNE.

     

    ...

     

    Mon coeur est triste MADAME SIMONE VEIL. je pleure ce soir puisque

    vous avez fermé les yeux.

    Vous mon modèle, vous MADAME  pour qui mon admiration ne cessera d'exister tant que je vivrai.

    Je vous regrette déjà. La beauté de votre visage, immuable malgré la dureté, la cruauté de certains passages de votre existence,


    votre courage qui nous a libéré, nous les FEMMES... MERCI MADAME et reposez en paix.


    Je ne vous oublierai jamais. Et essaierai d'être toujours digne de votre combat.
    Mon profond mon sincère respect.


    Anne.H. CARON.

     

    ...

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Pin It

    6 commentaires
  • ...

     

     

    ...

     

    ...

    Hello !

    Je pourrais vous dire que tout va bien... Ou que tout va mal, ou simplement que 

    cela ne va pas si mal que ça mais que l'envie n'est plus là...

    Je suis née voici bien longtemps et mon existence , comme pour beaucoup

    d'entre nous ressemble aux montagnes russes. 

    Pour être franche, j'ai éprouvé le besoin de m'éloigner, de taire mes mots plutôt

    que de n'écrire que des fadaises.... Des syllabes sans profondeurs.

    Le besoin de s'exprimer parfois engendre une souffrance. Ce fût sans doute le

    cas pour ce qui me concerne.

    Je n'ai jamais voulu noircir mes pages afin d'avoir des coms comme on dit...

    Simplement  pour "partager"... Pour mon plaisir aussi.

    Je revenais de temps en temps  sur ma page et retrouvais avec plaisir la trace

    de certain(e)s ami(e)s.

    Qu'ils en soient sincèrement remerciés.

    JE ME SENS MIEUX , alors je reviendrai certainement. Cette planète virtuelle ,

    je l'aime bien. Je ne saurais l'abandonner.

    A très bientôt.

    Anne. ♥

    ...

     

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Pin It

    4 commentaires
  •  

     

    Une journée.


    A demi allongée dans l'herbe haute, mon regard se perd vers la ligne d'horizon, que forment le ciel azuré et le vert tendre d'un vaste champ. Il s'étend face à moi, herbage dont les divers sillons, creusés dans la terre, semblent se rejoindre vers l'infini. Je me surprends alors à penser à ce tableau de Van Gogh que j'admire tant," Le champs aux corbeaux" peint par ce génie dans la région d' Auvers- sur-Oise .
    Autour de moi, la campagne, rien que du vert, du vert comme j'aime. Celui des feuilles de l'arbre qui nous offre l' hospitalité d'une ombre bienfaisante. Je les entends murmurer, ramures se balançant sous le souffle d'un vent. Tant de couleurs en ce jour que j'en ai le tournis ! La nature est un spectacle extraordinaire qui se renouvelle sans faillir! Sa palette de couleurs magistrale que seul un créateur céleste et prodigue a pu créer, ne peut que nous émerveiller. "la beauté est dans le regard de celui qui voit"… En ce jour de fin de mai, j'ai le bonheur de voir, de sentir les parfums, les odeurs les sons, les murmures de ce fantastique récital végétal, d'un univers sans qui nous ne saurions exister.
    A mes côtés une voix me parle. Elle me fait sourire, me fait rire comme ce champagne qui coule dans ma gorge et me pique le nez.... serait- ce cela le bonheur?... Un instant d'éternité, écrit dans le livre de la vie, avec pour symphonie, le coucou qui au loin répète sans se lasser sa prière printanière..

     A.C.

     

    VINCENT VANGOGH.

    LE CHAMP AUX CORBEAUX

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Pin It

    7 commentaires