•  

     

     

      

     

    GUSTAV KLIMT 

     

    Baisse un peu la lumière
    Et viens là près de moi
    Que passent les regrets
    Nos colères nos émois
    Parle-moi doucement
    Comme tu sais le faire
    Lèvres douces légères
    Qui caressent mon cou.
    Baisse un peu la lumière
    Mon ange trop jaloux
    Efface de ton coeur
    Ces années de rancoeur
    Repose sur mon sein
    L'âme réconfortée
    Mon enfant mon amant
    Mon ami qui sans fin
    Murmure je t'aime
    Tellement.
    Baisse un peu la lumière
    Et viens t'en contre moi
    Parler de ton désir
    Tes mains seront caresses
    Ivres d'une tendresse
    Qu'une bouche assoiffée
    Ne saurait étancher
    Baisse un peu la lumière
    Et ne faisant plus qu'un
    Nous dormirons enfin
    Dans une nuit satin
    Dis baisse un peu la lumière.

     

    Anne Caron.

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Pin It

    8 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

    ♥

     

    Êpitre à l'aimé.

     

    Irène fût prise d'un soudain malaise...

    Allongée, la figure dissimulée sous ses mains, des larmes brillantes comme des perles glissaient lentement avant de se perdre dans sa chevelure.

    "Bonjour toi. Je vais bien, enfin je fais de mon mieux... Tu souris! Ah cela te vas bien, à toi de sourire... Que j'aime ton sourire... Je l'aimais tant ton sourire, que je l'ai mis là, bien au chaud au fond de ma mémoire. Lorsque le besoin de pleurer me torture... Je me le repasse, il me réconforte il me suffit de fermer les paupières !. Je revois ce sourire, et ton rire grand, comme toi, fort comme les éléments de la terre, les nuages dans un ciel d'été, tu sais le soir, quand la journée est bonne, qu'elle est belle et clémente, Lorsque l'air est chaud, chaud comme tes bras qui m'enlacent, me serrent, me serrent tellement fort que j'en perds la respiration. je lève mon regard vers toi... me noie dans le tien et la paix m'envahit, plus rien autour de nous n'existe !. Oui ton rire, tes lèvres, ton visage d'homme, buriné et beau, si beau.

    Rien ni le temps qui passe, ni d'autres sourires ne sauraient effacer le tien. Et puis tes yeux, sombre comme le nuit, mais si doux lorsqu'ils se posent sur moi, j'en frissonne encore... Tu me tends les mains, je ne parviens pas à les rejoindre...

    Les cieux s'assombrissent et j'ai soudain froid... Ce n'est pas parce que l'on décide de ne pas vivre avec l'autre qu'on l'en aime moins... L'existence n'a rien de facile à moins que ce ne soit nous qui nous la compliquions... La plante que tu m'avais offerte, a perdu son ultime feuillage il y a quelques jours... J'ai su alors.

     

    9 avril 2017

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Pin It

    16 commentaires
  •  

     

     

    Une journée ordinaire.

    Une journée ordinaire.

     

    Une journée ordinaire

     

     

    "aujourd'hui il pleut mais demain le soleil brillera"...(Extrait d'une série tv)

     

    Irène depuis qu'elle avait entendu cette phrase, ne pouvait s'empêcher de la dire, la redire cette phrase...

     

    La murmurer au volant de sa voiture, en marchant sous le soleil de ce Printemps loquace après ces

    jours où le froid raidissait encore la branche des arbres, faisait se presser les visages pâles emmitouflés.

    Oui ces mots la hantaient sans qu'elle ne sache vraiment pourquoi. 

     

    Depuis longtemps son regard mélancolique se posait sur l'entourage, faisant mine de rien.

    A quoi bon se répandre en mots s'ils tombent dans le vide... Irène ne se faisait plus d'illusion.

    Sur elle-même n'en avait-elle jamais eu, mais sur les autres, c'était une autre affaire. Son empathie

    faisait d'elle la bonne copine à qui on peut tout dire. Qui comprend tout et se contente de sourire...

    Mais Irène souffrait d'une implacable solitude. Accentuée par la perte de certaines connaissances de son âge, ou presque.

    Elle s'était même surprise à s'arrêter devant la vitrine d'un magasin f‌unéraire... "Le souvenir ne meurt pas il s'endort".

    Tout un programme...

     

    Cette douleur qui oppresse la poitrine, vous serre la gorge. Il vient d'où ce mal qui vous fait vous recroqueviller sur vous-même...

    Personne ne voit cette ombre qui lentement envahit l'âme puis sournoisement se répand dans tout votre corps. Cela vous tombe dessus comme

    une mauvaise grippe et vous affaiblit jusqu'à ce que vous n'ayez qu'une seule envie. Attendre désespérément la nuit afin de vous allonger, de vous endormir.

     

    Une alccamie pour l'esprit qui durant le sommeil vogue, s'envole, s'éloigne de la matière afin de se régénérer comme qu'il  peut.

    De retrouver au réveil un peu de courage,car il n'est pas plus dur combat que celui que l'on mène contre soi. 

     

    Irène semble sortir de ses pensées. Elle cligne des yeux sous le soleil si fort et ce ciel si clair. Absorbée par ses pensées, 

    elle semble étonnée de se retrouver sur le trottoir. Où est-elle... A quoi pensait-elle... Ah! oui... Elle saura demain... Le scanner.

     

    Hésitante elle fait fait un pas puis deux... Semble se redresser puis d'une démarche sure, traverse l'avenue.

    Des mots s'échappent de  ses lèvres... " Aujourd'hui il pleut mais demain le soleil brillera".

     

     

    A Françoise Hardy.

     

     

     

    Une journée ordinaire.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Pin It

    13 commentaires
  •  

    Renouveau

    Renouveau

     

    Le renouveau, l'espoir de jours meilleurs... En ce qui concerne les saisons...
    Je voudrais tant que la douceur imprègne gens comme Dame Nature. Tant de violence me surprend, me laisse blasée par ces temps... TEMPS d'horribles évènements... De tueries, d'actes malfaisants...

    En ce premier jour du Printemps, je vous offre mon amitié... Un pansement pour votre coeur, Qui sait ... Un pas vers le bonheur! ♥

     

    Renouveau

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Pin It

    11 commentaires
  • Si je comble ta solitude

    Et bouscule tes habitudes

    Si lorsque tu entends ma voix

    Tu ressens mon émoi en toi

    Je crois alors et sans remord

    Que je me moque des retors

    Et même leur ferait un sort

    En demeurant mille ans encore

    Le hasard moi je n'y crois pas

    Quand au destin ô celui-là

    Je me le mettrais dans la poche

    Pourvu que nos âmes soient proches

    Et tant pis si tu n'es qu'un songe

    Je ne veux plus me réveiller

    Lorsque dans ton regard je plonge

    Avec l'envie de m'y noyer.

     

    Anne.C ♥

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Pin It

    16 commentaires