• CHANDELEUR

    CHANDELEUR

     

    CHANDELEUR

     

    Ô toi qui vas sans fin

    Vers des jours sans demain

    Veux-tu bien t'arrêter

    Et venir me parler

    Si tu veux bien m'apprendre

    A déchiffrer ton coeur

    Je saurai partager

    Ce soir de Chandeleur

    Bien plus qu'une coutume

    A toi qui dort sans peur

    A l'ombre du bitume.

     

    Dans ces nuitées gelées

    Dis-moi comment fais-tu

    Afin de réchauffer

    Ton pauvre corps repu

    De ce mauvais alcool

    Qui permet de tenir 

    Contre l'adversité

    Sans trop anéantir

     

    c'est à toi que je pense

    Près de la cheminée

    Où le parfum des crêpes

    Se mélange au fumet

    De bûches rubescentes

    Des lueurs enflammées.

     

    Le silence se fait

    Nos regards un instant

    Se sont croisés parlés

    Sans mot sans un sourire

    A éclairé ta mine

    Avant de retourner 

    Vers la toile immobile

    Que ton âme affligée

    De te savoir tout seul

    Dans cette obscurité

    Froide comme un linceul

    A fait vivre ce soir.

     

    A.C.

     

    CHANDELEUR

    « Le destin se joue de toutMEDITATION »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    4
    Samedi 4 Février à 17:21

    Bonjour Anne
    bien aimé ton texte
    que c'est bon les crêpes
     Temps pluvieux avec de fortes rafales de vent pour cette fin de semaine
    je te souhaite de passer une agréable  journée ainsi qu’un bon week-end
    bisous

    3
    Vendredi 3 Février à 14:52

    Que ton texte est beau ma petite Anne 

    Alors tu m'avais perdue ? Nous voilà réunit sur nos blogs mon amie

    Je ne crois pas que l'alcool puisse aider , bien au contraire, il peut faire des ravage

    Bon après-midi ma toue belle, pluie et vent ici et par chez toi ?

    Gros bisous bisous

    Coco

    2
    Jeudi 2 Février à 17:07

    Un très beau texte, mon Amie pour ces pauvres gens qui n'ont plus d'espoir et d'avenir. J'ai envoyé, par l'intermédiaire d'une association, des cartes avec illustration graphique personnelle et petit mot, qui seront distribuées par les maraudes. Ils sauront, ainsi, que nous ne sommes pas insensibles à leur sort et que nous pensons à eux. C'est un petit geste, mais qui peut faire du bien.

    Belle fin de semaine, ma Douce et gros bibis. Coryphee

     

    1
    Jeudi 2 Février à 16:43

    Je trouve ton texte si beau et moi aussi je me pose des questions, comment font-ils pour résister dehors.

    L'alcool est un faux ami, il ne réchauffe pas.

    Bises



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :